• Mélenchon s’en prend violemment au CRIF et dénonce le “cléricalisme communautariste” juif


    Mélenchon contre le CRIF – 5 mars 2015 par cdmanon

    Jean Luc Mélenchon était l’invité de l’émission “Face aux chrétiens” sur Kto TV. L’ancien président du Front de Gauche s’en est pris violemment à Roger Cukierman, président du CRIF (Conseil Représentatif des Instituions juives de France)  ..


    votre commentaire
  •  

    Un Mérah peut en cacher un autre... 

        
    A propos de la vidéo de l’EI qui montre un adulte accompagnant un enfant qui « exécute » d’une balle en plein front un Israélien musulman (et non un juif ainsi que je l’avais écrit par erreur), la Dépêche du Midi, depuis avant-hier consacre plusieurs articles à ce sujet.
     
    Pour rappel, sur les images, on voit un djihadiste s’exprimant en Français avec l’accent de Toulouse en compagnie d’un enfant. L’homme suit l’enfant qui tient d’une main ferme l’homme, présenté comme un espion d’Israël, à la nuque courbée, dans une combinaison orange selon la mise en scène habituelle de l’EI. L’adulte se complait dans une longue entrée en matière pour justifier et se glorifier de ce que l’enfant va faire, puis l’enfant, qui a une arme de poing en main, se met face à l’homme, qui le regarde en face, il le vise avec assurance et lui tire une balle en plein front. L’homme s’écroule et le mioche, non content lui assène plusieurs autres balles, alors qu’il est de toute évidence déjà mort. Il s’agit de Sabri Essid et d’un des fils de Souad Merah, la sœur du tueur au scooter. L’assassin est âgé de 12 ans, « il devrait être en sixième cette année » explique le directeur de son ancienne école. Il a été identifié par ses anciens camarades de classe du collège Vauquelin à Toulouse.
     
    La vidéo sanglante de l’Etat Islamique visionnée par les gosses
     
    Il faut avoir présent à l’esprit que dés leur plus jeune âge les petits musulmans sont entrainés à égorger les moutons avec moult encouragements. La mise-à-mort n’est donc pas pour eux une cruauté que le monde adulte leur épargne, au contraire cela fait partie de leur éducation.
     
    Personne n’a l’air de trouver étrange que des enfants de 12 ans aient eu l’occassion de visionner cette abominable vidéo. Le directeur de l’école précise tout-de-même au micro de BFMTV, qu’ils vont avoir droit à « une cellule psychologique« pour leur expliquer que ce comportement n’est pas normal »… A quelle sorte de jeunes adolescents cette école a-t-elle à faire, pour devoir expliquer que l’assassinat n’est pas un comportement normal ?
     

     On comprends que ces enfants du quartier du Mirail, sis dans la ville rose, aient besoin de se faire désintoxiquer de l’islamisme agressif dans lequel ils semblent baigner dans leur entourage et leurs familles. Souvenons-nous de la parade des musulmans toulousains sur le périphérique de la ville lors de l’explosion de l’usine AZF, drapeau algériens flottants au vents, avec leurs doigts en signe de « V » de la victoire et cris et enthousiasme triomphants. Images qui avaient été étouffées, de même d’ailleurs que la raison réelle de cette explosion dont les conclusions de l’enquête ne sont pas très convaincantes.
     
    Déduction: la France est en train de couver plein de petits Merah, c’est le résultat d’une politique d’immigration amplement dominée par les musulmans, et d’une politique toujours favorable à l’Islam. Ainsi pour lutter contre l’Islamisme fabrique-t-on des imams, des mosquées et certains estiment même qu’il faudrait augmenter le nombre d’écoles coraniques. Sans compter que Manuel Valls a promis en plus des subsides importants pour ces quartiers qu’il appelle ghéttos ou apartheid de façon très offensante pour le reste de la population française qui ne dispose pas toujours des bons logements des HLM. Quant au ghetto de multiples faits divers rapportent que ces quartiers de non droits sont évacués de la population autochtone sous la persécution et les menaces. Mais là encore ce gouvernement a choisi de récompenser le crime en l’arrosant de subsides nouveaux. C’est comme si, pour éradiquer la criminalité, l’Etat mettait tout le nécessaire à la disposition du crime pour former toujours davantage de criminels. Des jeunes de 12 ans, donc, qui étrangement ont pu visionner cette vidéo, sans doute pas à l’école, mais certainement dans leur familles… Un petit Mérah ne cache pas le grand 
     
    Mais ce n’est pas tout ! L’adulte qui accompagne ce petit monstre et qui dans la vidéo déclare notamment: « Or vous les Juifs, Allah nous a permis de tuer vos frères sur le sol français et ici sur le sol de l’Etat Islamique… », a été identifié comme étant Sabri Essid, le demi-frère de Mohamed Merah, fils d’un ancien compagnon de la mère de Mohamed Merah. Les deux hommes étaient proches. Âgé de 31 ans, Sabri Essid est parti pour la Syrie au printemps 2014 avec des proches, dont une figure du jihadisme dans le Sud-Ouest, Thomas Barnouin. Les deux hommes avaient été interceptés en 2006 par l’armée syrienne alors qu’ils se rendaient en Irak pour y prendre part au jihad contre les forces de la coalition internationale. Ils avaient été condamnés en 2009 à cinq ans de prison. Mais ils n’ont du en faire que la moitié, peut-être… Avec les nouvelles lois laxiste de Christiane Taubira pour faire de la place dans les prisons, on se demande si seulement ils seraient passés devant un juge.
     
    Parti en Syrie au printemps 2014 sans que la police ne bouge
     
    Rappelez-vous, on nous avait dit que certains membres de la famille Mérah était revenue d’un voyage touristique en Syrie avec la surréaliste histoire de la police les attendant au pied de l’avion à Paris tandis qu’ils atterrissaient à Marseille. Parmi ces trois homme se trouvait le mari de Souab Merah, la sœur du fameux terroriste islamiste. Les trois hommes étaient tout-de-même restés en Syrie de février à août… De quoi faire un beau voyage touristique! La farce s’était provisoirement arrêtée avec la remise en liberté des trois hommes qui s’étaient copieusement payés la tête de la police en affirmant qu’ils ne demandaient qu’à se rendre. Une si grande preuve de bonne volonté ne pouvait provenir que de l’innocence… Et comment va-t-on justifier cette fois-ci que cet homme et son jeune beau-fils aient pu aller perpétrer leur crime tranquillement en partant en Syrie en 2014 ? Alors une nouvelle fois, on nous dit qu’une enquête a été ouverte en France, des chefs d’assassinat en relation avec une entreprise terroriste, association criminelle de malfaiteurs en relation avec une entreprise terroriste, apologie du terrorisme et indication à commettre des actes de terrorisme. Ce serait la première application en France de ce chef de poursuites. Doit-on attendre davantage de cette procédure que des précédentes ?
     
    Les deux hommes étaient proches. Âgé de 31 ans, Sabri Essid est parti pour la Syrie au printemps 2014 avec des proches, dont une figure du jihadisme dans le Sud-Ouest, Thomas Barnouin. Les deux hommes avaient été interceptés en 2006 par l’armée syrienne alors qu’ils se rendaient en Irak pour y prendre part au jihad contre les forces de la coalition internationale. Ils avaient été condamnés en 2009 à cinq ans de prison.
      
    Sabri Essid, âgé de 31 ans, a épousé les thèses de l’islamisme radical dès la fin des années 1990, a-t-il été précisé sur BFMTV, ce qui signifie qu’il a été pris en main fort jeune et que l’Islamisme qui explose actuellement avec l’Etat Islamique a des racines anciennes et profondes dans notre terre de France.
     
    Le demi-frère de Mohamed Mérah n’en est pas à sa première vidéo
     
    Cette atroce vidéo n’est pas la première qui met en scène le bavard Sabri Essid, la police ne pouvait rien ignorer du personnage rien qu’en observant ses interventions sur Internet. Sur le site sanâbil.fr, dédié à la propagation de l’islam en prison, ce salafiste toulousain, évoque ses années de prison à Fresnes dans la région parisienne dans une autre vidéo mise en ligne en janvier 2011, à peine sorti de prison.
      
    Quatre ans censés solder son activisme au sein de la filière islamiste radicale d’Artigat, du nom du village ariégeois où Olivier Corel, alias L’Émir blanc, son mentor d’origine syrienne, a été arrêté avec toutes ses ouailles en 2007. Toutes ? Deux au moins ont échappé au coup de filet et à la curiosité de la police. Pas des moindres.
     
    Leurs noms ? Abdelkader et Mohammed Merah. À l’époque, le tueur sanguinaire d’Ozar Hatorah, n’est qu’un adolescent mal dans sa peau, un petit voyou en rupture familiale, qui traîne son mal de vivre d’enfant de divorcés dans la cité des Izards. À boire et à fumer. «On lui reprochait d’être un mécréant, c’est dire», se souvient un proche. Sans soupçonner que la métamorphose, est déjà engagée, dans ce quartier des Izards où tout le monde se croise. Où Sabri Essid, en tout cas, a fini par débarquer.
     
    Petit, c’est sur les bancs de l’école Monge, dans le quartier Jolimont-Matabiau qu’il a usé ses fonds de culotte. Avant de partir vivre dans le quartier Bellefontaine, au Mirail. Mais des embrouilles entre petits délinquants l’en chassent définitivement. Ce jeune homme de 18 ans, au visage encore émacié, a plongé très vite dans la religion.
     
    « la nécessité de respecter les règles du Coran, aussi bien que de jihad »
      
    Dès 2002, il est actif dans la mouvance salafiste d’Artigat, fait du prosélytisme, tourne (déjà) des vidéos et s’imagine mourir en martyr au cœur de la filière irakienne. «Aux Izards, il indisposait beaucoup de gens par son côté intégriste, souffle un habitant. Les familles avaient peur de son influence sur leurs enfants». Dans la cité, tout le monde a en tête la disparition de Miloud Chachou, un gamin du quartier qui n’a plus jamais donné de nouvelles. Sans doute tué, selon les services de renseignements dans les premières vagues de convertis partis au Moyen-Orient. C’est dans cette ambiance-là que Sabri Essid va rencontrer la famille Merah.
     
    «Avec Mohammed ils ne se fréquentaient pas. Ils ne pouvaient pas ne pas se connaître, mais ils n’avaient pas de relation étroite», se rappelle un de leurs copains. Celui que Sabri Essid connaît très bien en revanche, c’est le frère aîné de Mohammed, Abdelkader, toujours emprisonné dans le cadre des enquêtes sur les tueries de Toulouse et de Montauban, il y a tout juste trois ans.
     
    «C’est lui, Abdelkader qui a favorisé le rapprochement entre le père de Sabri Essid et sa propre mère, alors divorcée», croit se souvenir ce témoin.
     
    Quoi qu’il en soit, l’idylle ne va pas durer longtemps. En fait, l’union ne tiendra pas un an. Les proches subodorent que la mère de Mohammed et Abdelkader Merah ne goûte guère la religiosité exacerbée de son nouveau conjoint. C’est pourtant sous le signe du culte le plus traditionnel, que ce mariage s’est conclu… à Artigat, en Ariège. Olivier Corel, l’Emir blanc en personne a uni les deux familles. Dans l’ombre de cette alliance, Mohammed Merah a commencé à changer. «Il s’est rapproché de Sabri Essid à partir du moment où il a commencé à s’intéresser à la religion, à sa sortie de prison en 2007», note l’avocat Chritian Etelin. À l’époque, Merah n’a pas encore 20 ans. Incarcéré pour des affaires de vols, il a beaucoup souffert de sa détention. D’autant plus sensible au discours qu’il entend déjà depuis plusieurs années, sans accrocher.
     
      
    Signalé aux services de police dés 2006 pour des projets d’attentats
      
    Mais l’adolescent a changé. Dans la bouche des intégristes d’Artigat, il est question de la nécessité de respecter les règles du Coran, aussi bien que de jihad. Mohammed Merah et son frère Abdelkader fréquentent plus assidûment la cellule salafiste. Dans laquelle Sabri Essid prend de plus en plus de place. Et commence à intéresser les services de police. Il est inquiété une première fois en avril 2006. Un courrier anonyme l’accuse de préparer un attentat contre le consulat des États-Unis à Lyon et deux supermarchés toulousains. Le suspect s’en sort, mais franchit une nouvelle étape dans son engagement. Quelques mois plus tard, il est arrêté à la frontière irakienne, après un passage en Syrie, en compagnie de Thomas Barnouin, un converti albigeois. De retour en France, il rejoint Artigat au moment où les services de renseignement frappent. La filière est démantelée.
     
    Les Merah passent au travers du coup de filet de la police
      
    Mais ils n’oublient pas leur «demi-frère». Signe d’une vraie complicité, Mohammed Merah entreprend même toutes les démarches pour visiter Sabri Essid, emprisonné à Fresnes. Sans attirer plus que ça l’attention. Pourtant, le mécanisme psychologique qui va le jeter dans l’action terroriste est enclenché. «Lui qui n’avait jamais eu beaucoup de reconnaissance ne voulait pas apparaître comme un bouffon, il voulait monter aux autres ce qu’il était capable de faire», analyse a posteriori une connaissance. Pour le pire. En apparence, Sabri Essid, lui, s’est acheté une conduite. Libéré à l’automne 2010, il s’est trouvé un job de grutier à Toulouse. Un jeu de rôle. Le salafiste est loin d’être repenti, mais il se sait surveillé de près par la Direction générale de la sécurité intérieure (DGSI). Il ne bouge plus. Sans s’éloigner de Mohammed Merah. C’est même lui qui creusera sa tombe, pelle à la main, dans le cimetière de Cornebarrieu. Sabri Essid a finalement pris le chemin qu’il indiquait dans ses «prêches». La Syrie où il s’est volatilisé, il y a un an, avant de ressurgir aux côtés de l’Etat Islamique sur cette vidéo glaçante.
     
    Et pendant ce temps, sur le site sanâbil.fr, au vu et au su de toute la toile, s’affiche toujours le cynisme de l’embrigadement islamiste. Avec en exergue cet ahurissant appel au martyr… «La bonne récolte d’ici-bas pour l’au-delà». (Source: La Dépêche du Midi)
     
    Posté par :http://echelledejacob.blogspot.comVu ici

    votre commentaire
  • Roger Holeindre présente son dernier livre : ça suffit !!!


    votre commentaire

  • votre commentaire
  • Posté par :Le Libre Penseur..

    Travaux pratiques de gender à la Médiathèque de Noisy-le-Grand ..

    Si vous voulez encore des preuves suite aux mensonges nombreux et crapuleux de NVB au peuple, cette vidéo vous le démontre largement. 

    L’éducation nationale fait la promotion du gender : les preuves !

    Voici le programme de Master d’Éducation, 2nd degré ! Les choses sont très claires : les sujets traités sont typiquement pro-théorie du genre ; ils vont très loin dans le délire LGBT ! La situation est gravissime, car l’état fait la promotion d’une théorie décadente  qui n’a aucun caractère scientifique, ni aucun rapport avec le réel, si ce n’est de répondre aux désirs et délires de quelques malades mentaux dont le seul but est d’inscrire leur aliénation dans la norme sociale. La maçonnerie qui a fait main basse sur l’enseignement depuis Ferry est intimement liée à ces choix sociétaux dangereux…

     master-gender

     

    • Source :
      Un lecteur.

    votre commentaire