• HYSTÉRIE COLLECTIVE. Rony Brauman: << C’est Valls qui doit s’expliquer sur ses propos et non Roland Dumas >>

    Rony Brauman

    Rony Brauman

    Alors que le CSA, tel un mouton, ouvre une enquête après les propos de Roland Dumas, une voix médiatique divergente vient éclairer la lanterne des justes. Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières et professeur de relations internationales à Sciences Po Paris, revient sur les événements qui touchent la communauté juive depuis le début de l’année au micro d’Emmanuel Faux. Nuancé et honnête, il met les points sur les « i », face à l’hystérie collective.  

    Concernant les propos de Roland Dumas, il trouve que « Roland Dumas le dit mal, car il le dit incomplètement ». « Si il avait cité les propos de Manuel Valls, je pense qu’on en fera pas toute une histoire » affirmant que le Premier ministre « était engagé auparavant auprès de la cause palestinienne » mais que « sous l’influence de sa femme, il n’y a pas de honte à cela, il a versé du coté israélien avec une forme de zèle ».

    Roland Dumas était l’invité de Sylvain Attal sur France 24, lundi 16 février, quelques heures après avoir déclaré sur BFM-TV que Manuel Valls était « sous influence juive » et refusé de s’excuser. Pourquoi devrait-il s’excuser alors qu’il dit la vérité ?

    Et si on revenait sur les propos de Manuel Valls, propos irresponsables d’un premier ministre d’un pays multiethnique et multiconfessionnel, c’est lui qui devrait s’expliquer voire s’excuser. Pourquoi ? Parce qu’il accuse et insulte déjà Roland Dumas à tort. Nous sommes en 2011.


    votre commentaire
  • Immigration : non, France Inter, Rocard n’a pas dit « la France doit en prendre sa part »

    Pascal Riché
    Cofondateur 

    Sur France Inter, Thomas Legrand avait consacré en Octobre 2013 sa chronique à la politique migratoire et aux hypocrisies de la gauche. Assez vite, il tombe sur la phrase célèbre de Rocard sur la France qui « ne peut pas accueillir toute la misère du monde » :

    « Tout à son souci de prouver que la gauche peut être à la fois ferme et juste, Manuel Valls en est arrivé, sur les Roms, à déraper en parlant de leur “mode de vie” incompatible avec l’intégration en France.

    Ces propos seront réutilisés contre lui pendant longtemps, réinterprétés, instrumentalisés… comme la phrase de Michel Rocard, “la France ne peut pas accueillir toute la misère du monde”, que l’on cite en oubliant la suite “mais elle doit en prendre sa part”… »

    « La France doit rester une terre d’asile »

    Pourtant, quand on se plonge dans les archives de l’INA, on peut retrouver la phrase. Et elle est bien incomplète. Nous sommes le 3 décembre 1989, sur l’émission « 7 sur 7 », et Rocard déclare :

    « Nous ne pouvons pas héberger toute la misère du monde. La France doit rester ce qu’elle est, une terre d’asile politique [...] mais pas plus. »

    Une seconde partie qui reste introuvable

    A plusieurs reprises, en 1996 et en 2009, Rocard s’est plaint du sort réservé à sa petite phrase :

    « Prononcée par moi en 1990 [1989 en réalité, ndlr], la première partie de cette phrase a eu un destin imprévisible [...]. Au point qu’aujourd’hui cette phrase [...] est séparée de son contexte et sert de caution tous azimuts pour légitimer l’application, sans aucune considération des droits de la personne humaine, des impitoyables lois Pasqua de 1993. »

    Pourtant, Zineb Dryef avait cherché en 2009 la deuxième partie de la phrase : elle est introuvable. Elle concluait :

    « Ce dont on est certain, en revanche, c’est que Michel Rocard a bien affirmé publiquement que “la France ne peut accueillir toute la misère du monde” sans rien ajouter derrière et ce à au moins deux reprises. A l’époque, son gouvernement menait une politique hostile à l’immigration, traquant clandestins et faux demandeurs d’asile. »

    Mise à jour, 

    A l’époque de l’enquête de Zineb Dryef, Michel Rocard n’avait pas retrouvé les notes du discours (devant la Cimade, visiblement) où figure le précieux complément « mais elle doit en prendre sa part ». Sa collaboratrice avait alors dit à ma consœur :

    « On ne saura jamais ce qu’il a vraiment dit. Lui se souvient l’avoir dit. En tous cas, dans son esprit, c’est ce qu’il voulait dire. Mais il n’y a plus de trace. On a cherché aussi, beaucoup de gens ont cherché mais on n’a rien. Il pense l’avoir dit à la radio il y a très longtemps. C’est un monsieur qu’on peut croire, il est de bonne foi. »

    Thomas Legrand, intrigué par notre article, a reposé la question jeudi à Rocard. Visiblement, le texte du discours qu’il avait prononcé en février 1989 lors du 50e anniversaire de la Cimade a été retrouvé. Voici ce qu’il aurait alors déclaré :

    « La France ne peut pas accueillir toute la misère du monde, raison de plus pour qu’elle traite décemment la part qu’elle ne peut pas ne pas prendre »

    La complexe double négation est très conforme au style de l’homme, ce qui rend la phrase crédible. Mais on est loin, dans le sens, de « mais elle doit en prendre sa part ». Tout ce qu’il dit, c’est qu’il faut bien traiter les immigrés qui sont déjà en France.

    Ce dont convient Thomas Legrand :

    « Ce n’est effectivement pas tout à fait pareil. Manuel Valls est bien le fils spirituel de Rocard ».

                       -o-o-o-o-o-o-o-o-

    Cette gauche qui détruit la France .. 

    Le salaire et les pensions de retraite de Michel Rocard : en 2009 :16 100 euros brut par mois, sans compter les cachets de ses conférences

     


    votre commentaire
  •  Le saviez-vous  ..la vidéo a un an ...

    Tiens donc, on n'était pas au courant...

     La plupart des journalistes sont plus préoccupés de leurs intérêts personnels que de la défense de la gauche quitte a détruire la France , qui n’est que la conséquence de leur opportunisme. Pour garder leur emploi, faire carrière et construire et maintenir leur réseau professionnel indispensable au recueil et à la publication d’informations, ils se doivent de se maintenir du bon côté des pouvoirs. Leur politiquement correct n’en est que la conséquence. Un journaliste qui ne pense pas comme son rédacteur en chef, lui même devant penser comme son directeur de publication, lequel doit satisfaire ses actionnaires et financiers, ce pauvre journaliste sera mis sur la touche, ostracisé par ses collègues, dénigré par les « intellectuels » et privé d’évolution de carrière, éventuellement « démissionné ».


    votre commentaire
  • Le tueur de femmes gendarmes, Abdallah Boumezaar, condamné à la perpétuité                                                                          

    La Cour d’Assises du Var a infligé la réclusion criminelle à perpétuité, assortie d’une peine de sûreté de 30 ans au tueur Abdallah Boumezaar. Criminel multirécidiviste, celui-ci avait assassiné en juin 2012 deux gendarmes qui intervenaient après le signalement de plusieurs vols sur la commune de Collobrières.

    Le tueur étranger n’avait laissé aucune chance aux deux femmes gendarmes, Audrey Bertaut et Alicia Champlon, poursuivies et abattues depuis son appartement jusque dans la rue.

    Abdallah Boumezaar était un multirécidiviste, condamné déjà alors à douze reprises pour vols, trafics de drogues, mais aussi, ce fut sa dernière condamnation, pour des violences sur sa propre mère.

    Sa compagne et complice, Inès Farhat, également une multirécidiviste, a été condamnée à huit ans de prison. Elle avait aidé le criminel à perpétrer les deux meurtres.

    Source


    votre commentaire
  • Les envahisseurs étrangers logés à l'hôtel avec l'argent des Français

     Publié par :Thomas Joly..

    Chaque nuit en Île-de-France, l’État paie une chambre

    à 30.000 personnes pour 180 millions d’euros par an.

    Pour une famille de 4 personnes, cela revient à 2.000 euros

    par mois.

    Source


    votre commentaire