• Les « Je suis Charlie » prennent les Français pour des Charlots

    Les « Je suis Charlie » prennent les Français pour des Charlots

    Michel Geoffroy, essayiste..

    ♦ Cette doxa fonde la matrice onirique dans laquelle l’oligarchie voudrait nous faire croire que nous vivons.

    Avec le dramatique attentat terroriste contre Charlie Hebdo la France légale, c’est-à-dire, pour le dire autrement, l’oligarchie politico-médiatique, veut une nouvelle fois nous enfoncer dans le déni de réalité. Pour son plus grand profit.


    La doxa du Système

    Il faut reconnaître au président du Conseil français du culte musulman, Dalil Boubakeur, d’avoir donné sobrement le ton dès le 8 janvier.

    Pour lui, cet attentat sanglant « est un coup porté à l’ensemble des musulmans » et « il ne semble pas que c’est au nom de l’islam » qu’il ait été commis car il s’agissait d’une « attaque contre la démocratie et la liberté de la presse ». En quelques mots cette autorité morale incontestée a remarquablement défini la doxa du Système.

    L’écrivain Tahar Ben Jelloun a aussi signé de son côté un article dans Le Monde du 9 janvier intitulé « L’islam victime des tueurs », pour l’édification de l’oligarchie qui lit ce « journal de référence ».

    Et, pour jouer dans la cour des grands, Alain Juppé s’est empressé d’affirmer, le 8 janvier à Bordeaux, que « Nous (sic) nous battons contre ces fous, ces barbares, ces fanatiques qui ne peuvent se réclamer d’aucune religion ».

    La doxa du Système

    Depuis bientôt vingt ans le Système politico-médiatique nous enferme dans une doxa simple qui repose sur trois affirmations, sur trois tabous :

    -l’immigration est une chance pour la France ;

    -il n’y a aucune relation entre immigration, islamisme et terrorisme ;

    -tous ceux qui doutent des deux précédentes affirmations sont des racistes qu’il faut mettre hors d’état de nuire.

    Cette doxa fonde la matrice onirique dans laquelle l’oligarchie voudrait nous faire croire que nous vivons.

    Car, si on comprend bien : quand on tire à la kalachnikov en criant « Allah Akbar » ou « Nous avons vengé le Prophète », c’est bien le signe indubitable que l’on n’est pas musulman ; on est seulement un fou qui s’en prend à la liberté de la presse. Et quand on tue des journalistes athées, c’est parce qu’on veut s’en prendre aux musulmans.

    Les larmes de crocodile

    Tout le Système politique institutionnel communie dans ce déni de réalité, avec bien entendu les larmes de crocodile et minutes de silence de circonstance.

    Mais ces crocodiles ne font que déplorer les conséquences dont ils chérissent les causes. Ils font mine de découvrir l’horreur du djihadisme comme si celui-ci tombait brusquement du ciel alors qu’ils lui ont ouvert toutes grandes les portes de l’Europe.

    Car ce sont les crocodiles de droite qui, sous Giscard d’Estaing, ont cédé au patronat qui réclamait toujours plus d’immigration pour réduire les salaires et qui nous ont précipités dans l’aventure du regroupement familial, transformant l’immigration de travail en immigration de peuplement. Ce sont les crocodiles de gauche qui ont transformé les immigrés en prolétariat « défavorisé », objet de toutes les sollicitudes compassionnelles et budgétaires : mais c’était pour masquer le fait que la gauche trahissait les classes populaires européennes en se ralliant au capitalisme mondialiste.

    Tous ensemble ils n’ont cessé de réduire les moyens de la Défense et de la Police et ils ont mis en œuvre l’abolition de nos frontières. Et, tous en cœur, ils nous ont fait croire qu’en repeignant les cages d’escalier, en organisant la « société multiculturelle » ou en « luttant contre les discriminations » on réglerait tout.

    Les Diafoirus du terrorisme

    En réponse à l’attentat, les crocodiles brandissent maintenant des pancartes où il est écrit « Je suis Charlie ». Ils organisent une « marche républicaine » ou bien préconisent un « jour de jeûne » avec la « conférence des responsables de culte en France » (sic). Ils allument des bougies. Tous les corps constitués ont invité à signer force motions pleines de belles intentions. On nous ressort les valeurs de la République de la naphtaline en nous invitant à défiler entre Nation et République. La moraline, comme les larmes, coule à flots !

    Voilà qui va assurément faire trembler les djihadistes ! Comme les 14 lois prétendument « antiterroristes » que les crocodiles ont fait voter en France depuis vingt ans, à l’évidence sans grand effet.

    Non seulement ces Diafoirus nous mentent sur le diagnostic mais en outre ils préconisent un traitement à base d’incantations, à l’efficacité des plus douteuses contre les kalachnikov et les roquettes.

    Les impuissants cyniques

    En réalité les crocodiles « Je suis Charlie » ne se limitent pas au rôle de pompiers incendiaires. Ce sont surtout des politiciens retors et cyniques.

    Car à l’évidence la gauche entend bien surfer sur ce drame pour tenter de reprendre l’initiative politique et idéologique. On pourrait même dire qu’elle s’y était bien préparée, manifestement…

    Le Monde du 9 janvier titre gravement « Le 11-septembre français ».

    François Hollande se rêve en effet sans doute dans la peau de G. Bush junior déclarant la guerre au terrorisme devant Ground Zero – et, plus prosaïquement, jouant la carte de l’union nationale, avec la complicité de toute la classe politique institutionnelle jusqu’en 2017, puisque cette prétendue union nationale doit exclure, bien sûr, le Front national, conformément au troisième principe de la doxa évoqué précédemment.

    Une belle liberté en effet

    Les « Je suis Charlie » ont en effet une conception particulière de la Liberté d’expression que, paraît-il, les djihadistes voulaient tuer. Car les « Je suis Charlie » forgent tous les jours les interdits médiatiques et judiciaires qui composent le carcan politiquement correct imposé à notre pays.

    Les « Je suis Charlie » proclament « Pas d’amalgame » sur l’air des lampions. Mais cela ne les gêne pourtant pas du tout de pratiquer l’amalgame contre leurs concitoyens qui refusent l’islamisation, qu’ils traitent de fascistes, de racistes et de xénophobes et qu’ils traînent devant les tribunaux dès qu’ils le peuvent.

    Et les « Je suis Charlie » qui vantent l’irrespect de Charlie Hebdo ne supportent aucune irrévérence à l’égard de l’idéologie cosmopolite qui les anime. On peut d’ailleurs douter que, si l’attentat avait visé le journalPrésent ou l’hebdomadaire Valeurs actuelles, ils affirmeraient « Je suis Présent » ou « Mes valeurs sont actuelles » avec autant de bravade.

    ***

    Ces « Je suis Charlie », en réalité, prennent les Français pour des Charlots.

    Michel Geoffroy


    votre commentaire
  • INVASION ..

    Alors que les seuls passages constatés de délinquants violant les frontières des pays membres de leur « Union européenne » entre janvier et octobre 2014 ont été de 230 000, sans compter les passages non constatés et tout l’afflux « légal », c’est l’arrivée finale de deux paquebots, relayée par la natiosphère, qui a amené les médiats du Système à rompre « la trêve des confiseurs ».

    invasion2014

    Après avoir osé parler des paquebots qui déchargent des centaines d’envahisseurs en Italie chaque jour, les médiats cherchent tantôt à nous apitoyer sur le « sort de ces enfants syriens » – futurs « jeunes » ? – tantôt à nous rassurer, affirmant désormais qu’il s’agirait exclusivement de médecins, de cadres – venus nous apprendre à travailler ? – et d’« étudiants »… sans préciser dans quelle université mobile.

    Rappelons que la guerre contre la Syrie et contre l’Irak est une seule et même guerre sioniste pour faire le « grand Israël », contre les régimes solides de la région, qui, contrairement à l’entité qui chasse les Palestiniens de leurs maisons, respectent les particularismes historiques et religieux de leurs populations.

    Par ailleurs, passée l’émotion fabriquée par les désinformateurs du Système, le simple bon sens amène à se poser des questions simples, mais aux réponses éclairantes :

    - pourquoi des gens paieraient-ils de 500 à 700 dollars pour voyager clandestinement par la mer au péril éventuel de leur vie, lorsque, pour le même prix, ils pourraient voyager en avion ?

    - Étaient-ils interdits de voyager par les aéroports pour cause de condamnations qui les auraient rattrapées au moment de l’embarquement ?

    - Pourquoi n’ont-ils pas sollicité de visa auprès des autorités consulaires des pays européens qu’ils souhaitaient gagner ?

    - Sont-ils vraiment des « réfugiés politiques » alors que le régime syrien ne harcèle pas la population, ou bien des réfugiés de confort, qui, au lieu de défendre leur pays ou de soutenir ceux qui le font, partent à l’étranger, faisant d’autant se rapprocher la ligne de front vers nos pays ?

    - Pourquoi des familles auraient-elles envoyé des adolescents afin qu’ils puissent « terminer leurs études » ?

    - Ne doivent-ils pas tout d’abord passer leur baccalauréat ? Et aux frais de qui ?

    - Pourquoi aucun médiat n’évoque-t-il la manipulation des autorités italiennes par tous ces « migrants », qui apitoient leur monde afin d’obtenir des passe-droits et ensuite, très probablement faire venir toutes leurs familles ?

    L'Artiste mal pensant-Troie

    L’Artiste mal pensant-Troie

     http://www.jeune-nation.com/

    votre commentaire
  • Un politicien offre une récompense aux tueurs

    Par Amèle Debey

    storybild

    Le site saharasamay.com a été parmi les premiers à rapporter l'information. (photo: DR)

    - Un Indien, Yakub Qureshi, a proposé une récompense d’environ 7 millions d’euros destinée à saluer le geste des terroristes qui ont sévi, mercredi, dans la rédaction de «Charlie Hebdo».storybild Le site saharasamay.com a été parmi les premiers à rapporter l'information. (photo: DR) on off i par e-mail Sur ce sujet Massacre à «Charlie Hebdo»: L'hommage de nos lecteurs en dessins Paris (F): La policière blessée dans la fusillade est morte Massacre à «Charlie Hebdo» : Chérif Kouachi avait été le sujet d'un reportage télé Massacre à «Charlie Hebdo» : Manifestations de soutien en Amérique du Nord Massacre à «Charlie Hebdo» : La police quadrille des villages et une forêt Une faute? Signalez-la-nous! Tandis que la France pleure une grave atteinte à la liberté d’expression, avec le soutien du monde entier, un homme a suscité la controverse en proposant une grasse récompense aux tueurs, toujours en fuite selon les dernières informations. Diaporama Fusillade au siège de «Charlie Hebdo» Les «unes» célèbres de Charlie Hebdo #Jesuischarlie, le slogan de la solidarité sur la Toile «Charlie Hebdo» - L'hommage des lecteurs Video Reportage de Chérif Kouachi Yakub Qureshi, homme politique indien qui aurait brigué la direction du parti BSP (Bahujan Samaj Party), a réaffirmé sa volonté de féliciter les auteurs de l’attentat contre la rédaction du journal satirique, qui a fait douze victimes. Cet ancien ministre de Lucknow, capitale de l’Etat d’Uttar Pradesh, en Inde, avait proposé de récompenser ceux qui «vengeraient l’honneur du Prophète», en 2005, lorsque les caricatures de Mahomet avaient été diffusées par un journal danois. Selon les médias indiens, l’homme a renouvelé sa proposition d’offrir environ 7 millions d’euros (plus de 8 millions de francs) aux tireurs, mercredi, après la tuerie en plein centre de Paris.

    http://www.20min.ch/ro/news/monde/story/Un-politicien-offre-une-recompense-aux-tueurs-18310420


    votre commentaire
  • Ce qui se passe en France, c'est l'Algérie en 1954 ..

    - Par Richard Roudier ..


    votre commentaire
  • (((IMAGINEZ...!!! sur toute la France le nombre de fonctionnaires qui "arnaquent" et dans les Conseils généraux..?????? Il est temps de remettre en service la guillotine..!!!! Pour calmer le jeu ))) 

    Seine-Saint-Denis : huit fonctionnaires détournaient l’allocation des handicapés

    Stéphane Sellami 

     
    ARCHIVES. Un audit interne du conseil général de Seine-Saint-Denis a mis en lumière un système de détournement de prestations sociales qui s’élèverait à près de 5 M€.ARCHIVES. Un audit interne du conseil général de Seine-Saint-Denis a mis en lumière un système de détournement de prestations sociales qui s’élèverait à près de 5 M€.
    LP / Alain Auboiroux

    Le coup de filet a été déclenché dans la plus grande discrétion… Mardi matin, les enquêteurs du service départemental de police judiciaire (SDPJ) de Seine-Saint-Denis ont investi les domiciles de huit personnes, employées par le conseil général (CG) du 93. Huit autres personnes, présentées comme des proches de ces fonctionnaires, ont également été arrêtées.

    Une vague d’interpellations déclenchée après deux plaintes déposées par le président socialiste du conseil général Stéphane Troussel, aux mois d’avril et mai 2014. A l’époque, un audit interne avait mis en lumière une série de dysfonctionnements et d’incohérences quant à l’attribution d’allocations destinées à des handicapés et des personnes dépendantes domiciliées en Seine-Saint-Denis. Selon nos informations, le préjudice de cette fraude aux prestations sociales s’élèverait à près de 5 M€.

    Saisi de cette délicate affaire, le parquet de Bobigny a rapidement ouvert une enquête pour des faits d’escroqueries, d’abus de confiance et d’accès frauduleux à un système de traitement automatisé de données. Mardi soir, les auditions des suspects étaient toujours en cours.

    «Une petite combine» au sein d'un service depuis 2002

    Par ailleurs, co-saisis dans ce dossier, les enquêteurs du groupe d’intervention régional (GIR) de Seine-Saint-Denis, spécialisés dans les investigations financières, sont en train d’évaluer le patrimoine et les avoirs des fonctionnaires mis en cause. L’argent ainsi détourné aurait notamment pu servir à des acquisitions immobilières ainsi qu’à des achats de produits de luxe.

    « Ce qui est frappant dans cette affaire, c'est que nous sommes face à des fonctionnaires, en poste pour certains d’entre eux depuis plus de dix ans, qui semblent avoir agi en toute concertation, souligne une source proche de l’affaire. Les plus anciens ont pu initier les nouveaux arrivants sur leur petite combine qui remonte, selon les premières investigations, à l’année 2002. »

    Les fonctionnaires soupçonnés de ces détournements auraient ainsi créé près de 80 dossiers fictifs de bénéficiaires avant de leur verser l’allocation personnalisée d’autonomie (APA), destinée aux personnes âgées et dépendantes, et la prestation compensatoire du handicap (PCH), normalement réservée aux personnes handicapées. L’ensemble des suspects était employé au sein de la direction des personnes âgées et de personnes handicapées (DPAPH) du conseil général.

    Pas de préjudice pour les vrais bénéficiaires des allocations

    Après la découverte des faits lors de l'audit interne du conseil général, les huit fonctionnaires ont été suspendus, entre les mois de mai et d’octobre 2014, « à titre conservatoire ».

    « L’argent détourné n’a pas manqué aux vrais bénéficiaires de ces allocations, a précisé, mardi, Stéphane Troussel. Ce qui est insupportable dans cette affaire est que des fonctionnaires en charge d’un service public ont profité de leur position pour se livrer à de tels actes. »

    « La présomption d’innocence doit être préservée, a-t-il ajouté. Mais si les faits sont avérés, j’attends que la justice passe avec la plus grande sévérité dans ce dossier. Cette affaire ne doit pas venir entacher la réputation de tous les autres fonctionnaires du conseil général de Seine-Saint-Denis qui font preuve de dévouement et du plus grand sérieux au quotidien. »


    votre commentaire