• votre commentaire

  • votre commentaire
  • Peut être une image de 1 personne et texte qui dit ’Bébert a choisi chez Bourdin pour annoncer qu'il lâche Zemmour, au lendemain de son arrosage macronien. Mais attention! Macron ne m'a pas achete comme çà... Car Marine est une excellente négociatrice.’

    Etonnants parcours que ceux de ces félons, transfuges et autres indécis aux convictions réversibles qu’on a surnommés, au fil des époques, girouettes, moulins à vent, matois, caméléons, opportunistes, Saxons ou jaunes ! Entre idéaux bafoués et réalités mouvantes, « L’art de retourner sa veste » de Bruno fuligni rappelle ce que la grande Histoire doit à la versatilité des hommes.

    L’art de retourner sa veste est pratiqué en politique depuis la nuit des temps. Il est rare qu’un individu, dans l’histoire, garde les mêmes options politiques, demeure dans la même famille politique. Pour survivre, franchir les obstacles, résister au flux de l’histoire, il faut parfois se montrer habile. C’est ce qu’ont fait beaucoup de personnages. Mais « l’Histoire est plus maligne que tous les politiciens de la terre. Malgré leur habileté, elle se joue de ces transfuges et autres indécis aux convictions variables qu’on a appelés au fil des époques, girouettes, moulins à vent, matois, caméléons, opportunistes, Saxons, toupies hollandaises, jaunes : autant d’ambitieux que la mémoire oublie et de félons devenus Historiques » l’inconstance des choix de certains hommes célèbres, leur retournement de veste par ambition, vénalité, goût du pouvoir…


    votre commentaire

  • votre commentaire

  • votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique